Ostéotomie Tibiale de Valgisation – OTV

Qu'est-ce que c'est ?

null

Ostéotomie signifie couper l’os. Valgisation signifie : mettre l’axe de membres en léger "X"

Illustration d’une ostéotomie  : l’ouverture du tibia permet de modifier l’axe mécanique d’appui et soulager le compartiment usé.

L’ostéotomie tibiale de valgisation (OTV) est une fracture contrôlée qui corrige une déformation.

Elle consiste à corriger l’axe mécanique d’un membre inférieur.

Cela nécessite de couper le tibia et de lui donner une inclination vers l’extérieur, selon l’angle défini en pré-opératoire.

Ensuite, une plaque et des vis fixées à l’os permettront de garder la correction bien en place.

Il convient ensuite d'attendre que la consolidation osseuse se produise, généralement après 6 à 8 semaines.

Le matériel sera retiré un an après.

Pourquoi se faire opérer ?

Il existe trois morphotypes du squelette du membre inférieur: 

  • Axé : Les membres sont rectilignes (lorsque les chevilles sont jointes, les genoux se touchent)
  • Genu Varum : les membres forment un rond. (il existe un espace libre entre les genoux, lorsque les chevilles sont jointes). Il s'agit de la déformation la plus fréquente
  • Genu Valgum : les membres font une croix (lorsque les genoux sont joints, il existe un espace libre entre les chevilles). Il s'agit d'une déformation plus rare

Ces déformations sont physiologiques, et ne constituent pas une pathologie en soit. Cependant, elles ont un impact direct sur les contraintes mécaniques qui s’exercent sur le genou.

La déformation la plus fréquente chez l’adulte est le « Genu Varum » qui reproduit la démarche du « cow-boy ». Le compartiment fémoro-tibial interne du genou  subit alors les contraintes mécaniques les plus fortes. Lorsque le cartilage interne commence à s’user, il devient douloureux.

La correction du genu varum par une Ostéotomie Tibilae de Valgisation -OTV- permet d’orienter les contraintes mécaniques sur l’ensemble de la surface articulaire femorotibiale et soulager ainsi le compartiment interne mis à rude épreuve.

Cela permet de faire disparaître les douleurs, d’améliorer les mobilités du genou, de reprendre des activités quotidiennes physiques et sportives satisfaisantes et ainsi d’améliorer la qualité de vie.

Cette chirurgie est réservée aux patients jeunes de moins de 50 ans, présentant une arthrose radiographique modérée du compartiment interne. Entre 50 et 60 ans cette intervention sera envisagée en concurrence avec une prothèse de genou.

Radiographie des différentes déformation du membre
Radiographie des différentes déformation du membre
Radiographie d'une correction par OTV. La légère surcorrection (-4°)  est idéale afin de pérenniser le résultat
Radiographie d'une correction par OTV. La légère surcorrection (-4°) est idéale afin de pérenniser le résultat

Durée d’hospitalisation

 1 à 3 jours

La durée d’hospitalisation varie de 1 à 3 jours en fonction de la récupération post-opératoire de chaque patient.

Le retour à domicile est systématique.

Modalités
post-opératoires

  • Prendre un traitement préventif contre la phlébite (anticoagulant), tous les jours pendant la durée déterminée par votre chirurgien. Il est parfois administré par une injection sous cutanée, nécessitant le passage d’une infirmière à domicile. Je vous demanderai de porter des bas de contention durant la même période.
  • Réaliser des soins de pansement par une infirmière à domicile 2 à 3 fois par semaine pendant une dizaine de jours. Les fils sont souvent résorbables, sinon il faut que l’infirmière les retire après 15 jours, comme les agrafes.
  • Prendre des traitements contre la douleur et des anti-inflammatoires : Les suites immédiates postopératoires peuvent être douloureuses. Nous, chirurgien et anesthésiste, mettons tout en œuvre pour diminuer ces douleurs. Il est important de prendre ses médicaments et de bien glacer le genou. Le relâchement physique et psychologique diminue le ressenti douloureux.

Rééducation

6 semaines : %
4 à 6 mois : %

La rééducation est débutée à la clinique, immédiatement après l’intervention.
La marche est  reprise le jour même à l’aide d’un kinésithérapeute.
L’appui sur le membre opéré est habituellement non autorisé pendant 6 semaines.

La plupart des chirurgiens recommandent une attelle de genou, voire un plâtre pendant 6 semaines pour certains.
Pour ma part j’autorise mes patients a appuyer doucement , avec les cannes, en fonction de leur douleur.

La rééducation est simple techniquement, il s’agit juste de faire preuve d’un peu de patience et de mobiliser doucement le genou.
L’objectif principal est de retrouver une mobilité optimale du genou, tout en étant bien relâché.

Il faut lutter contre l’apparition d’un flessum (genou qui à du mal à se tendre complètement) et travailler la flexion.
Dans le même temps mais sans urgence, il faudra renforcer les muscles de la cuisse.

Les cannes sont lâchées après 6 à 8 semaines post-opératoires.

Quels sont les risques
péri-opératoires ?

A quoi ressemble la cicatrice ?

Elle est antérieure et médiale (en dedans) au genou, mesure environ 10 cm genou en extension.

OTV
OTV zoom

Quels sont
les effets secondaires ?

Le ressenti de la plaque de fixation
La plaque servant à fixer le tibia peut être ressentie sous la peau. Cela peut être un peu gênant. Il conviendra de la retirer 1 à 2 ans après l’ostéotomie.

Les douleurs résiduelles
L’objectif de l’intervention est de reprendre toutes les activités physiques et sportives possibles. Si le cartilage usé n’est plus soumis aux contraintes mécaniques, il n’empêche qu’il est toujours usé; il est donc fréquent d’avoir quelques douleurs de fatigues résiduelles.

Que peut-on faire après une ostéotomie ?

Une fois la rééducation effectuée, les muscles renforcés et l’ostéotomie consolidée, il n’y a aucune limitation fonctionnelle.

Le patient peut reprendre toutes les activités qu’il souhaite.
La pratique de la course à pied n’est pas tellement recommandée mais certains de mes patients continuent pourtant les courses de fond, au risque, il est vrai, de dégrader de manière un peu précoce le résultat, mais si cela participe à leur bonheur, je crois qu’il s’agit d’un risque raisonnable.

Pourquoi ne pas faire une prothèse d’emblée ?

Le résultat des prothèses de genou est aujourd’hui plus que satisfaisant, mais il ne permet pas au patient de pratiquer tous les gestes fonctionnels et sportifs, contrairement à l’ostéotomie.

En clair, une prothèse de genou chez un patient jeune avec une arthrose modérée voire sévère, ne répondra pas a ses besoins sportifs et fonctionnels, et ce patient jeune risque d'être déçu.

L’ostéotomie est un excellent compromis, car elle donne d’excellents résultats et ne  limitera pas votre activité : certains sportifs professionnels encore en activité ont bénéficié de cette intervention.

Par ailleurs, lorsque l’ostéotomie est consolidée (et la plaque éventuellement retiré 12 mois après), aucune complication spécifique de cette intervention ne peut plus survenir, contrairement aux prothèses

L’ostéotomie peut sembler être un geste chirurgical agressif, mais en réalité, le geste chirurgical est bien maîtrisé et les suites assez simples , a condition d’être patient. Cela reste la chirurgie de référence pour les patients jeunes ou sportifs présentant une arthrose d’un compartiment du genou.

Durée de vie

Les études publiées admettent que la nécessité de recourir à une prothèse survient en moyenne  10 ans après l’OTV.

Ce chiffre est à moduler en fonction de l’âge du patient au moment de l’ostéotomie et de la cause initiale de la déformation corrigée. Plus le patient opéré est jeune et plus la longévité  attendue est grande.

Si la déformation a récidivé, il est possible d’envisager une ré-ostéotomie chez un patient jeune (<50ans).